FRANCE DOULEURS
FRANCE DOULEURS

Histoire de schéma corporel

Monsieur Pion se présente à la consultation car il souffre d’une douleur musculaire de toute sa jambe droite.

 

Cette douleur est permanente à l’effort, quel qu’il soit, disparaît au repos. Elle se manifeste dès qu’il se déplace et réduit son périmètre de marche.

 

Il a 68 ans, et, en raison d’une cardiopathie, prend un traitement médical pour ses artères coronaires, dont un anticoagulant.

 

Les symptômes sont présents depuis environ trois mois.

 

Un bilan cardiologique a été effectué. Il est stable et sans rapport avec la douleur actuelle.

 

Egalement, un bilan de ses artères des membres inférieurs est normal.

 

L’examen ostéopathique met en évidence une rigidité de toute la jambe droite. Les douleurs siègent sur le mollet et la face postérieure de la cuisse (muscles ischio-jambiers).

 

Il n’y a pas de signes neurologiques, et ce n’est pas une sciatique !

 

Par contre, il boite de façon imperceptible et les muscles de cette jambe ont perdu de leur puissance et de leur volume (-2cm de périmètre de cuisse par rapport à la jambe gauche).

 

Et, me dit-il, « je suis tombé dans ma cuisine il y a environ 6 mois en faisant un grand écart, jambe droite en avant ».

 

Un diagnostic de claquage des muscles en question fut posé.

 

La jambe de Mr Pion est restée bleue, mauve et noire pendant quelques semaines.

 

C’est à ce moment-là que la douleur et la blessure ont provoqué une stratégie d’évitement des appuis sur cette jambe.

 

La fonte musculaire et la boiterie se sont insidieusement installées.

 

Mr Pion a occulté de son schéma corporel le fonctionnement de cette jambe.

Ce schéma est l’image inconsciente que l’on se fait de nous-même ; il influe sur la perception spatiale et les stratégies de posture et de fonctions de notre corps. La stratégie d’amputation de l’image est ici destinée à oublier les informations douloureuses provoquées par la blessure.

 

Le traitement ostéopathique, tissulaire puis de réintégration dans le schéma corporel, a immédiatement libéré les fonctions de cette jambe.

 

Une technique d’auto traitement de la proprioception (sensibilité profonde et perception spatiale) lui a permis d’obtenir un soulagement définitif dans les jours qui ont suivis.

 

Dr Patrick Jouhaud

Diplômé en Ostéopathie

(c) France Douleurs Février 2015

Loading

Inscrivez-vous

Contactez-nous

Recommandez cette page sur :


Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Site mis à jour 02/2017 © France Douleurs - Tous Droits réservés