FRANCE DOULEURS
FRANCE DOULEURS

Existe-t-il plusieurs types de douleurs ?

La douleur est un signal d’alarme qui éveille notre organisme d’un dysfonctionnement qui l’atteint. Elle se décline par des expressions physiques mais aussi émotionnelles.

Les différents types de douleurs se distinguent selon différents facteurs tels le temps ou le mécanisme d’origine.

Les origines de la douleur

  • La douleur nociceptive

    La douleur est ici un acte de défense de notre organisme. Elle est provoquée par une stimulation par nocicepteurs. Ces derniers sont des récepteurs sensitifs présents dans notre corps pour percevoir la douleur et la transmettre au cerveau. Celui-ci analyse le signal reçu et code la douleur selon une échelle d’intensité. Il stocke cette information pour se souvenir de la douleur déjà ressentie et nous permettre de nous remémorer d’éviter de nous retrouver dans la même situation à l’avenir. Le stimulus définit la décharge envoyée au cerveau. La douleur nociceptive peut être déclenchée par des actions mécaniques, thermiques ou encore par un contact avec des substances chimiques.

  • La douleur neuropathique

    Contrairement à la douleur nociceptive, la douleur neuropathique trouve son origine dans notre organisme. Il s’agit d’une atteinte des voies de la douleur au sein de notre corps et la douleur est provoquée par nos propres nerfs. Les mécanismes de cette douleur sont inconnus et surviennent malgré l’absence de stimuli extérieurs. Les décharges sont spontanées et particulièrement difficiles à détecter. La douleur neuropathique a une faible sensibilité aux antalgiques et est ressentie comme des décharges électriques désagréables ou encore des picotements.

  • La douleur sine materia

    Il s’agit d’une douleur psychogène dont les causes ne sont pas détectables. Pour autant, elle n’est pas imaginaire et peut peser sur le quotidien du patient qui éprouve des difficultés à expliquer et à faire accepter sa douleur. Ici aussi les antalgiques ne sont pas véritablement efficaces. La douleur sine materia est liée à des problèmes psychiques ou sociaux du patient. Traiter les symptômes est, la plupart du temps, totalement inutile si l’on ne règle pas les problèmes que rencontrent l’individu.

Le facteur temps

  • La douleur aiguë

    Elle est liée à un stimulus et est plus ou moins intense en fonction de l’origine de la douleur. C’est un véritable signal d’alerte qui permet de trouver la cause rapidement et d’y mettre fin si possible. Le corps se protège par cette douleur aiguë et provoque une sensation très désagréable mais transitoire.

  • La douleur chronique

    C’est une douleur récurrente qui est ressentie pendant environ plus de 3 mois par le patient. Elle peut s’atténuer et redevenir plus vive sur une période plus ou moins longue. Elle a souvent un véritable impact sur la vie quotidienne et peut être difficile à vivre. La douleur chronique peut agir sur l’appétit, le sommeil et provoquer des difficultés à travailler. Elle n’est plus un signal d’alarme de notre organisme et devient une véritable maladie. Les antalgiques sont rarement efficaces malgré l’insistance de certains patients à les réclamer. Ils provoquent une sensation d’être apaisé mais sans pour autant atténuer la douleur.

Vincent Schollhammer

(c) France Douleurs Mai 2016

 

Loading

Inscrivez-vous

Contactez-nous

Recommandez cette page sur :


Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Site mis à jour 02/2017 © France Douleurs - Tous Droits réservés