FRANCE DOULEURS
FRANCE DOULEURS

Bilan ou diagnostic éducatif partagé

Si l’éducation thérapeutique se définit entre autre comme faisant partie intégrante des soins, celle-ci demeure néanmoins assez mal connue du publique auquel elle est destinée, à savoir les personnes souffrant de maladie chronique.

 

Comment se pratique l’éducation thérapeutique du patient ?

 

L’éducation thérapeutique du patient va intervenir sur 2 axes : l’auto-soin et le psycho-social permettant de répondre aux attentes et besoins dans sa globalité.

 

L’auto-soin : c’est en autre, être capable de prendre son traitement et connaître la nécessité de respecter la posologie.

 

L’aspect psycho-social, c’est par exemple : comment intégrer sa maladie chronique dans sa vie quotidienne, comment en parler avec ses proches.

Comment cela se déroule-t-il ?

L’éducation thérapeutique du patient s’organise en 4 étapes distinctes :

1.      Le bilan éducatif partagé ou diagnostic éducatif

2.      La définition des projets

3.      La mise en œuvre

4.      L’évaluation

La première étape de l’éducation thérapeutique du patient est le bilan éducatif ou diagnostic partagé.

Avant d’aborder ce point précis, il convient de mettre en place les conditions idéales permettant de favoriser l’échange entre le patient et le professionnel de santé ou la personne qui établira et conduira ce bilan, ce diagnostic éducatif.

Il faut garder à l’esprit que ce bilan, va être la base d’une alliance thérapeutique entre le patient et l’équipe soignante.

Et permettra de définir ensemble, la ou les connaissances à acquérir et ou à renforcer.

Tout d’abord nous allons veiller au lieu : s’assurer que le lieu est accessible, notamment si il s’agit d’une personne à mobilité réduite.

Eviter la pièce où il y de forte chance que vous soyez dérangé, privilégier un espace convivial, bannissez le bureau mettant en scène un face à face invitant plus à l’interrogatoire qu’à l’échange, et qui ne sera qu’un obstacle avant même d’avoir commencé, choisissez un espace, un lieu confortable composé de fauteuil ou canapé serait l’idéal, invitant au dialogue, enlever votre blouse blanche, prévoyez une boisson, en clair donner confiance.

L’heure, le moment de l’entretien : un rendez-vous en fin de journée n’est pas recommandé, le patient comme le soignant ne serons pas en position réceptive des plus optimales.

Prévoir un temps suffisant de 40 à 60 minutes, il convient de prévoir également après l’entretien, le temps nécessaire afin de compléter et affiner la rédaction du bilan.

Vous comprendrez aisément que l’enchaînement d’entretien successif est à bannir.

Ce bilan est la clé de voûte de la mise en œuvre de l’éducation thérapeutique du patient, il doit être partagé avec l’ensemble des intervenants du programme, d’où son nom.

 

 Lors de l’entretien vont être abordé 5 dimensions :

La dimension biomédicale : Ce que le patient a : ses problèmes de santé, sa maladie, la manière dont il la vit.

 

La dimension cognitive : Ce que le patient sait : ses connaissances, ses croyances sur sa maladie, ses peurs, comment il se la représente, quelles sont ses connaissances concernant son traitement.

 

La dimension psycho-affective : Qui est le patient : son environnement familial, conjugal, amical, ses ressources, ses soutiens, comment fait-il pour les mobiliser, comment communique t’il sur sa maladie.

 

La dimension socio-professionnelle : sa profession, ses activités, l’impact avec les soins, avec la maladie, ses difficultés.

 

La dimension projet de soin, les priorités d’apprentissage : ce que le patient projette : ses projets et priorités de santé, ses priorités d’apprentissage en lien avec son projet de vie.

 

Une écoute active empreinte d’empathie est indispensable, le soignant n’émet pas de jugement, il collecte des informations.

 

La collecte de ces informations va permette d’évaluer les compétences et savoirs du patient dans le domaine de l’auto-soin et le domaine psycho-social, soit lui permettre de les acquérir ou les renforcer, à des fins de santé et lui permettre d’améliorer sa qualité de vie.

 

L’équipe en charge de la réalisation du programme d’éducation s’appuiera sur ce bilan pour définir les outils pédagogiques les plus appropriés au patient et poser des indicateurs afin d’évaluer les effets attendus de l’éducation.

 

Seulement après concertation, l’équipe soignante propose au patient un ou deux objectifs réalisables adaptés à ses besoins et capacités.

 

il convient de ne pas décourager le patient en fixant une multitude d’objectif, mais de contribuer à améliorer sa qualité de vie en procédant par étape, objectif par objectif, le meilleur allié du soignant est le temps.

 

Ne pas perdre de vue que ce sont des personnes vivant au quotidien avec la maladie, et que le soignant dans un programme d’éducation thérapeutique est là pour accompagner un apprentissage, valoriser des acquis, des savoirs déjà existants, et non pas pour donner, diffuser, de l’information en masse, au kilomètre.

 

 

 

 

Jean Pierre Cornu

Patient Expert

(c) France Douleurs Mai 2015

Loading

Inscrivez-vous

Contactez-nous

Recommandez cette page sur :


Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Site mis à jour 02/2017 © France Douleurs - Tous Droits réservés