FRANCE DOULEURS
FRANCE DOULEURS

Le mal de vivre

Ça ne prévient pas quand ça arrive,

Ça vient de loin

Ça c’est promené de rive en rive,

La gueule en coin

 

Et puis un matin, au réveil,

C´est presque rien

Mais c´est là, ça vous ensommeille

Au creux des reins

 

Le mal de vivre, Le mal de vivre

Qu´il faut bien vivre, Vaille que vivre

On peut le mettre en bandoulière

Ou comme un bijou à la main

Comme une fleur en boutonnière

 

Ou juste à la pointe du sein

C´est pas forcément la misère

C´est pas Valmy, c´est pas Verdun

Mais c´est des larmes aux paupières

 

Au jour qui meurt, au jour qui vient

Qu´on soit de Rome ou d´Amérique

Qu´on soit de Londres ou de Pékin

Qu´on soit d´Egypte ou bien d´Afrique

Ou de la porte Saint-Martin

 

On fait tous la même prière

On fait tous le même chemin

Qu´il est long lorsqu´il faut le faire

Avec son mal au creux des reins

 

Ils ont beau vouloir nous comprendre

Ceux qui nous viennent les mains nues

Nous ne voulons plus les entendre

On ne peut pas, on n´en peut plus

 

Et tous seuls dans le silence

D´une nuit qui n´en finit plus

Voilà que soudain on y pense

A ceux qui n´en sont pas revenus

 

Du mal de vivre

Leur mal de vivre

Qu´ils devaient vivre

Vaille que vivre

 

Et sans prévenir, ça arrive

Ça vient de loin

Ça c’est promené de rive en rive

Le rire en coin

 

Et puis un matin, au réveil

C´est presque rien

Mais c´est là, ça vous émerveille

Au creux des reins

 

La joie de vivre, La joie de vivre

Oh, viens la vivre, Ta joie de vivre

 

Barbara

Loading

Inscrivez-vous

Contactez-nous

Recommandez cette page sur :


Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
Site mis à jour 02/2017 © France Douleurs - Tous Droits réservés